mardi 27 mars 2012

Un poilu artiste-peintre en Italie : Le rôle décisif d'un petit caporal... (Révisé 18 / 02 / 2016)

Le début de l'année 1918



L'année 1918 va être très intense pour mon grand-père. 

C'est le 31 Janvier que son unité déménage pour avancer vers l'Est, passer la Brenta et s'installer sur un terrain à 4 kilomètres de la ville de Cittadella. 

Le voyage s'est fait sous un épais brouillard qui a caché les beautés du paysage. 

André déjeune dans la ville elle-même qui est ceinturée d'un rempart quasi-circulaire en briques.

Arrivé au cantonnement le soir, il remplit deux paillasses et peut dormir parfaitement. 

Cela est extraordinaire puisqu'il y a en permanence un fort bombardement et une intense lutte aérienne.



Rumeurs sur le bombardement de Paris



C'est à ce moment qu'il fait état des bruits qui courent : Il exprime son espoir que Paris n'ait pas été bombardée.

Cette crainte est intéressante d'un point de vue historique parce que les tirs de ce qui fut improprement appelé Grosse Bertha en France - mais Paris-Geschütz en Allemagne - ne commenceront qu'à partir du 23 Mars 1918, donc dans un peu moins de 2 mois. 

C'est évidemment en relation avec la gigantesque offensive d'Hindenburg et Ludendorff, qui démarrera le 21 Mars .

Il y a donc à cet instant un effort Allemand désespéré de déstabilisation du moral des troupes Françaises arrivées en Italie. 

C'est intelligent : Nos hommes sont loin de chez eux et de ceux qu'ils aiment. 

Il est possible aussi que ce décalage entre l'annonce de bombardements et leur réalisation effective traduise quelques graves problèmes techniques que les artilleurs Allemands auraient eu avec leurs engins. 

D'ailleurs, les bombardements d'artillerie sur Paris ne commencèrent pas le 21, ce qui semble confirmer un problème. 

Il est vrai, aussi, que des bombardiers Gotha palliaient à l'absence provisoire des canons.


Les risques du métier...


Sur le front du Piave, en Italie, quelque chose s'est sans doute pas très bien passé dans la planification des mouvements d'unités, puisque l'escadrille qui doit être relevée par celle d'André n'est pas encore partie. 

Les nouveaux arrivants ne peuvent donc pas encore travailler.

Mon grand père repart visiter la ville voisine le 2 Février, mais il constate les bombardement aériens nocturnes, qui sont quotidiens, ont détruit de nombreuses maisons. Cela le désole.

Les choses finissent par s'arranger au niveau du travail.

Pourtant, le soir du 25 février, après une grosse journée de travail, André sort de la baraque où il analyse les photos rapportées par les équipages de l'escadrille. 

Il admire un clair de lune magnifique.

Mais son travail n'est pas terminé, il rentre pour continuer ses interprétations.

A une heure du matin, l'électricité est brutalement coupée, comme chaque fois qu'il y a une alerte aérienne. 

André dispose d'une lampe indépendante du secteur et continue malgré tout à travailler, mais les mitrailleuses crépitent. 

Une bombe tombe à l'extérieur, suffisamment près pour que les parois de la baraque soient éclaboussées de terre et de graviers.

Tout le monde sort pour se mettre à l'abri. 

André entraîne trois de ses camarades dans une tranchée qui longe la baraque, car ils y seront à l'abri des balles.

Au moment où ils viennent d'y arriver, une formidable détonation retentit derrière eux. 

Un cri déchirant sort de la baraque en même temps qu'une gigantesque langue de feu. 

Un autre cri a retenti tout près d'André. 

C'est son camarade Marquis qui a été touché à la tête par un éclat. 

André et un de ses camarades portent le blessé sur son lit sous sa tente. 


D'autres bombes tombent, puis plus rien.

On va chercher un médecin. 

Dans le même temps, les hommes se rendent compte que le premier cri était celui de l'officier responsable de la TSF (Télégraphie Sans Fil = la radio). 

Il a été tué alors qu'il quittait son lit.



Collection personnelle de l'auteur - Les dégâts matériel d'une bombe aérienne lancée sur la baraque d'André

Une remarque en passant : Une escadrille Française de 1918 disposait donc déjà d'un officier entièrement attaché à la radio. 

Il semble bien que c'était tout à fait à la pointe de l'équipement sur le plan international. 

Mon étonnement vient de ce que l'on ne poursuivra pas dans cette voie. 

En 1940, la radio sera, à la fois, très peu et très mal employée.


Le médecin arrive rapidement, panse le blessé et le rassure. 

Marquis est évacué sur l'hôpital, accompagné par André qui repart ensuite terminer son travail. 

Il se couche à 5 h 30 du matin, les analyses des photos sont parties en temps voulu.



Des conditions de travail plus pertinentes


Ces bombardements sont trop efficaces, il ne faut pas prendre des risques inutiles. 

En conséquence, ceux qui travaillaient dans la baraque déménagent dans une ferme isolée éloignée du terrain.


Le 3 Mars, l'officier qui est censé diriger le travail d'André lui a installé une pièce où il est tout seul.

Sur la porte, il a écrit de sa propre main :

                                                              S.R.
                                   Photo - Service de Renseignement
                                                      Caporal  Delpey

Mon grand-père est content de pouvoir être seul pour travailler car il a besoin de toute sa concentration.

Cette nuit, cela fait juste huit jours que la baraque où il travaillait avait été touchée.

Ce bombardement a dû miner le moral de mon grand père puisque je sais - par un courrier postérieur - qu'il est en permission quelque part en Mars.



Les mauvaises nouvelles ne sont pas finies


Le matin du 12 Avril, un avion d'entraînement à double commande tombe dans le lit du fleuve. 

L'observateur n'a rien, mais le pilote est blessé à la tête.

Cinq jours plus tard, le matin du 17 Avril, un avion Dorand de l'escadrille de reconnaissance 254 part avec un appareil photo. 

Le pilote fait un virage trop serré à environ 50 m d'altitude, l'avion décroche et part en vrille. 

Il s'écrase au sol et prend feu. 

Un soldat Italien se précipite courageusement dans les flammes, sort l'observateur blessé, mais ne peut rien pour le pilote, un Antillais du nom de Nacrier qu'André aimait bien.

J'en profite pour faire remarquer que la France n'a jamais éprouvé aucun problème pour former des pilotes de couleur (comme Nacrier et l'Américain Eugène Bullard, qui pilotait un Spad VII, sera même crédité de 2 victoires) et les intégrer dans son aviation militaire. 

Roger Sauvage, pilote de chasse depuis 1939 et as du Normandie-Niemen entre 1944 et 1945 (16 victoires, la première obtenue en 1940, lorsqu'il pilotait un Potez 631 !), équipier du grand Marcel Albert (23 victoires... au moins), était aussi d'origine Antillaise. 

Les USA ne s'y mettront que vers 1943 et dans des conditions très difficiles, si du moins on en croit les films sur la question.

Dorand AR-1 - photo récupérée sur le site aviafrance où est sa fiche technique - il montait plus haut que les Farman 40

Le 20 Avril, André peint des louves romaines sur chacun des avions de l'escadrille : C'est l'insigne distinctif qu'il a proposé et qui a été approuvé par l'escadrille.


L'insigne de l'escadrille 22 qu'André Delpey a créé -
A voir sur le site d'Albin Denis

Le 12 Mai, sa lettre commence par un très bref compte rendu de deux promenades qui lui ont donné l'occasion de traverser la Brenta et de visiter le village qui est sur l'autre rive.


Le travail paye


Il en avait bien besoin vu l'énormité du travail qu'il a accompli depuis qu'il est en poste ici.

Ce travail a eu une traduction tactique bien réelle. 

Quelques jours plus tôt, ayant découvert que l'ennemi était en train d'édifier un gros ouvrage, André l'avait aussitôt signalé.

Le soir même de sa découverte, l'artillerie lourde lui demande les coordonnées et ouvre le feu sur ce nouvel objectif, moins de 24 heures après la prise de vue.

C'est la preuve que la qualité et la fiabilité des interprétations de mon grand père sont reconnues puisque des canons lourds (305 mm) tirent chaque soir depuis leur voie ferrée sur le même objectif.


Et ce même 12 Mai, le Colonel qui dirige l'artillerie divisionnaire "vient le trouver pour avoir des tuyaux.

Il est très satisfait des renseignement déjà fournis. 

Il se montre très aimable, et, lorsque le lieutenant qui "dirige" André se présente à lui, il lui dit "vous êtes bien gentil, mon ami, mais vous me gênez.

A mon humble avis, il a déjà compris que mon grand-père était un analyste hors paire et que ce qu'ils vont se dire ne doit en aucun cas être communiqué à trop de gens.

Le Lieutenant se le tient pour dit et repart discrètement. 



C'est la seconde fois qu'il subit une rebuffade de cet ordre puisqu'un Capitaine des ballons d'observations l'a clairement accusé, sous couvert de plaisanterie, de faire travailler mon grand père sans rien faire lui-même et de récupérer facilement félicitations et récompenses.

Le Colonel de l'artillerie divisionnaire s'en va en remerciant André, en lui serrant la main, ce qui est très rare, au moins à cette époque, entre grades aussi distants. 

Il lui annonce aussi qu'il reviendra.


Le lendemain, un gros orage éclate et la Brenta déborde, ce qui réjouit les gamins qui peuvent patauger pieds nus dans l'eau boueuse.


Le 14 Mai, mon grand père est attristé par la lettre d'un camarade de son ancienne batterie qui lui annonce la mort de son ancien Capitaine tué par un obus allemand qui a tué un autre commandant de batterie et deux lieutenants. 

Cela s'est passé à Montdidier, dans la Somme, donc fin Mars (pendant que mon grand père était en permission), alors que nos troupes étaient en retraite, pendant l'énorme offensive Michael (appelée aussi la Bataille de l'Empereur) lancée par le FeldMarschal von Hindenbourg.


Le 16 Mai est une journée de détente. "Son" Lieutenant l'emmène à Vicence pour "prendre des fournitures". 

En fait, André baguenaude en rêvant du jour où il pourra revenir peindre tout ce qui réjouit sa vue.




Comment passer de l'interprétation tactique élémentaire à une vision décisive


Mais en fait, comme je viens de le laisser entendre, mon grand père est devenu bien plus qu'un simple interpréteur de photos.

Il a déjà démontré de réelles qualités tactiques et, lorsque, le 18 Mai, son Lieutenant part en permission, lui laissant son intérim, c'est André qui fait fonction d'officier tactique ce qui lui fait écrire que "son rôle n'en sera guère plus chargé, car chose curieuse, le petit M a pris pour lui le travail de secrétaire". 

"C'est, étant donné les grades, un renversement des rôles."

Cette nouvelle liberté lui permet d'étudier les positions des "messieurs d'en face"

"Ce n'est pas sans intérêt". 

Un point, en particulier, lui paraît le nœud de la situation.

Cela ne l'empêche pas, au contraire, le soir venu, de s'émerveiller en découvrant les lucioles, qu'il décrit très bien comme "des vers luisants qui font de l'aviation."


Le 19 Mai, avec un autre peintre, Etienne, élève de Lefèvre, un stagiaire et un photographe, il obtient l'autorisation d'aller à Bassano. 

Dans cette ville préservée du modernisme pragmatique qu'il déteste, André est au comble de la félicité. 

Il en admire le pont de bois recouvert d'un toit, les bâtiments anciens  harmonieux et parfaitement peints.



Collection personnelle de l'auteur - frise dessinée par le peintre Etienne
André, le second à partir de la droite, est assis et tient sa palette de peintre

Le 22 Mai, le chansonnier Botrel visite son escadrille. 

Il est accueilli par André, qui le trouve extrêmement aimable, simple et  sympathique. 

Pendant deux heures, il lui montre des photos et ils discutent jusqu'au repas auquel Botrel est invité par les officiers. 

L'après-midi, il donne un concert d'une heure et demi auquel mon grand père assiste avec un réel plaisir.

Puis mon grand père doit donner des ordres aux service photographiques.

Quand André revient dans son bureau, il trouve sur son bureau un galet signé Botrel et une feuille avec ses chansons également signée. 

Il a en outre chargé un secrétaire de le remercier pour l'avoir si bien reçu. 

André est très touché de ces attentions.



Les choses avancent enfin 


Le même soir, le Colonel de l'Artillerie Divisionnaire lui envoie un officier pour être mieux documenté sur la région qu'André étudie. 

Il va donc lui falloir mettre les bouchées doubles à ce sujet.

Le 2 Juin, André se retrouve dans une cérémonie qui le surprend quelque peu : La revue de la Brigata della Regina.

Cette revue d'un détachement militaire par des dames d'honneur de la Reine du Royaume d'Italie a quelque chose de surréaliste, même si ce dernier concept n'existe pas encore formellement :

"Cette revue, passée par trois jolies femmes élégantes, avait quelque chose du XVIIIème siècle. 

Cela débuta par la bénédiction du prêtre, puis le défilé, l'arme à la main, les drapeaux sur l'épaule ainsi que cela se passe dans l'armée Italienne. 

Il y avait, pour les 3 dames, les généraux et officiers alliés, une tribune enguirlandée de feuillage avec, en guise de vélum, de grandes écharpes mauves en soie. 

Il y eut un exercice de lance-flammes, puis fête de gymnastique, hymnes Français, Italiens, Anglais. 

Ensuite, la revue terminée, on fit visiter le terrain d'aviation à ces dames qui vinrent même dans mon bureau, mais je n'y étais pas..."




Collection personnelle de l'auteur - les trois jeunes femmes sont au centre de l'image,
la plus à droite en partie masquée par un drapeau clair.

Mon grand père semble regretter d'avoir manqué cette occasion. 

Mais il a peut être dû parler à des officiers sur son travail.


En tout cas, la lettre suivante datée du 15 Juin, démontre qu'il ne s'est pas trompé dans ses interprétations tactiques.

"Par ici, c'est la bataille depuis la nuit dernière. 

Il n'y a pas eu de surprise, nous étions exactement renseignés, et moi-même j'avais pu déterminer, d'après les photos, le principal point d'attaque (ce qui fut confirmé par des déserteurs). 

Jusqu'ici, d'ailleurs, tout marche très bien, et l'ennemi paraît être tombé sur un "bec de gaz", comme disent les poilus. 

Espérons que cela continuera et que les sujets de Charles se le tiendront pour dit."


Ce qui m'a rappelé que François-Joseph d'Autriche s'était éteint en 1916, laissant le trône de Hongrie à Charles, puisque le parti pangermaniste n'en a pas voulu à Vienne, préférant le jusqu'au-boutisme de la clique prussienne de Hindenburg (ce qui débouchera sur Hitler, l'Anschluss et la IIème Guerre Mondiale).



Le 16 Juin, André repart en ballade à Vicence. 

Les officiers le récompensent de son remarquable travail par des sorties où il peut remplir ses yeux de toutes les belles choses que l'Italie offre à ceux qui l'aiment. 

Les combats ont été un très grand succès pour les Alliés.

André va en recevoir les fruits. 

Cliquez ici pour le post qui termine cette histoire.

jeudi 22 mars 2012

Le bombardement Français - 1939 : Le grand gagnant (révisé 19 / 11 / 2016)



Le programme : Un bombardier qui serait aussi agile et rapide qu'un chasseur


Le programme de Novembre 1934 des bombardiers dits B4 - pour bombardement, 4 places - exigeait des avions les plus rapides possibles. 

Au départ, on voulait 400 km/h, puis, un peu plus tard,  on s'était rallié à 470 km/h, soit 20 km/h plus haut que les chasseurs demandés 4 mois plus tôt, allez donc comprendre !...

Autre exigence : Utiliser un certain moteur défini par l'Etat et non le moteur de son choix. 

Il me faut rappeler quelques données pour expliquer l'aspect ubuesque de cette chose :
  • Les divers constructeurs aéronautiques n'étaient jamais payés bien cher. 
  • L'Etat payait en retard les avions qu'il achetait le moins cher possible pendant qu'il organisait une inflation galopante, donc il fonctionnait en s'endettant, puis en dévaluant la monnaie, air connu, non ? 

Voilà donc pourquoi nos meilleurs constructeurs étaient dans l'impossibilité d'investir pour développer des avions sur leurs fonds propres, d'où un retard permanent sur la livraison des avions au meilleur standard.


En ce temps là, l'équipement le plus coûteux d'un avion était le moteur. 

L'Etat devint donc l'acheteur du moteur, donc la décision sur ce choix était le fait, non de l'avionneur, mais d'une commission soumise aux pressions de divers lobbies. 


Aux USA, ces derniers sont une plaie, mais, au moins, ils sont bien visibles et peuvent ainsi êtres contrés par des lobbies antagonistes.


Rien de tel dans la France de la IIIème République des années 30. 

Tout se passait dans l'opacité feutrée de commissions dont les citoyens n'entendaient jamais parler. 

Ces commissions étaient-elles au moins constituées de gens compétents ? 

C'était ce que, bien sûr, leurs membres prétendaient, mais seule l'Histoire peut valider, a posteriori et sans appel, la compétence - ou l'incompétence - des décideurs.

La défaite de Juin 1940 a amplement démontré leur totale incompétence dans tous les domaines.


C'est que passer brillamment des examens ou des concours définit juste un niveau de connaissances anciennes apprises

Voilà qui n'a rien à voir avec une compétence, mot qui signifie que l'on dispose, en plus de l'indispensable savoir scolaire, de la capacité d'anticiper pour préparer l'avenir, de sortir des sentiers battus, au risque, négligeable, de devoir réinventer la roue.

A ce propos, imagineriez-vous votre merveilleuse voiture rouler avec les roues des chars à bœufs des Rois Fainéants ? 

Pour ceux qui en ignorerait l'existence, l'image qui suit montre une paire de roues très novatrices, puisque totalement dépourvues de moyeux.




Roue orbitale de Franco Sbarro : La roue joliment réinventée !


Comme quoi, il est bon de revisiter les plus vieilles technologies.



Un prototype très innovant ? On va s'en servir pour mettre au point des moteurs prototypes !


En 1936, se fondant sur une vague publicité et des promesses, nos commissionnaires décidèrent de choisir, sur le papier, un gros moteur radial à refroidissement à air  - annoncé initialement pour 1 300 Cv - de chez Hispano-Suiza, par ailleurs excellent spécialiste des moteurs en ligne refroidis par liquide.

Il est vrai que Gnome et Rhône connaissait quelques problèmes avec ses moteurs 14 Kirs / Kjrs et que c'était un bon moyen de mettre ce motoriste sous pression.

Le moteur radial Hispano-Suiza s'inspirait de moteurs américains Wright, firme qui avait fourni à la firme Française des licences de moteurs radiaux connus pour leur fiabilité. 

J'ai reçu d'Alain Breton des informations intéressantes contredisant ce que j'avais lu précédemment sur le sujet et qui montrent qu'il s'agissait bien d'un moteur Hispano-Suiza original, différent du Wright 2600. 


Il s'agissait d'un 14 cylindres en double étoile d'un diamètre plus faible de 3 cm que le Wright, qui était plus léger, mais dont le régime de rotation était, à ce stade en tout cas, plus faible. 

Par ailleurs, probablement parce que Hispano destinait au départ ce moteur aux compagnies aériennes civiles qui utilisaient toutes l'essence à 100° d'octane, ce moteur tendait à chauffer avec l'essence à 87° d'octane de nos Armées (voir mon article sur la standardisation à outrance).

La tendance à chauffer de ce moteur était due, outre l'emploi de cette essence de piètre qualité, à une étude insuffisante des capotages moteur et de la circulation d'air qui devait y être organisée (voir mon article sur les moteurs en étoile). 

Cela provoqua nombre de pannes pendant une bonne année (soit un délai tout à fait normal de mise au point d'un moteur, à cette époque). 

Malheureusement, ce délai bloqua d'une durée équivalente le développement de tous les bombardiers prototypes Français.


Il eut été pourtant facile de demander aux avionneurs de préparer d'avance 2 jeux de supports moteurs et de capotages, ce qui aurait permis de mettre au point aérodynamiquement chaque avion en un temps très rapide. 


C'est bien sûr la démonstration parfaite que les commissions du STAé (Service Technique de l'Aéronautique) étaient totalement incapables de s'adapter aux réalités du moment, cela prouvait donc leur absence de compétence.


A force de modifications, Hispano finit, bien sûr, car les ingénieurs y étaient excellents, par faire fonctionner très correctement ce moteur sur deux prototype, le Latécoère 570 et le Koolhoven FK 58. 

C'était en 1939 : Il était trop tard, la guerre était imminente. 


Par contre, l'importance des moyens consacrés à la résolution de ces problèmes chez Hispano avait entraîné un gros retard sur les moteurs en ligne de la marque, qui explique pourquoi le 12 Y 51 de 1 000 Cv sortit avec un an de retard...hélas pour le Dewoitine 520 et pour nos pilotes de chasse.

 


Le bombardier qui largue les chasseurs : Merci Père Noël !



L'idée majeure du programme était que les nouveaux bombardiers devaient avoir une vitesse de pointe supérieure à celle des chasseurs en projet dans notre pays.

Bien sûr, la vitesse de référence étant celle du pauvre Morane 405, le "meilleur chasseur du Monde", ils seraient donc forcément capables de larguer tous les chasseurs du Monde !

Cette idée grotesque était fondée sur l'effet de mode déclenchée par l'impression somptueuse que l'arrivée du prototype du Heinkel 70 avait déclenchée chez les participants du Salon de l'Aviation de Paris qui avait au lieu à la fin de l'année 1934

Même si je suis le premier à dire que certains chasseurs Français - surtout le Nieuport 161 - étaient vraiment très bien conçus (j'ai presque commencé mon blog par ce sujet), cela  ne pouvait pas pour autant signifier que les chasseurs étrangers ne bénéficieraient jamais d'avancées techniques imprévues !

De toute manière, ce concept, en lui-même, était faux. 

Il suffisait de se poser les bonnes questions pour en prendre conscience :

En partant d'un avion monoplace à la pointe de l'aérodynamisme, comme le Caudron 450 de course qui volait à 450 km/h avec un moteur d'un peu plus de 300 Cv, on pouvait extrapoler un chasseur de 860 Cv (le plus puissant moteur disponible du moment). 

On aurait alors vu que l'augmentation de puissance (par un facteur de 2.75) permettait d'avoir un avion à la fois nettement plus rapide que le Caudron (disons 500-520 km/h), correctement armé et capable de se projeter à plusieurs centaines de kilomètres. On aurait, par sécurité, rajouté 30 km/h, soit 550 km/h.

De là, on était en droit d'exiger un bombardier volant à 550 km/h ! 


Cela imposait un avion particulièrement puissant et aérodynamique, dont on peut, de nos jours, considérer que le meilleur exemple fut le Boeing B 29 américain (580 km/h), équipé de 4 moteurs de 2 200 Cv en 1944 !

On en était bien loin en 1936, et cela où que ce soit dans le monde. 


Et pourtant, en 1944, même le B 29 était à la portée d'un avion de chasse volant plus haut qui, en piquant sur lui, pouvait le rattraper et le descendre, ce qui s'est passé quelques fois au dessus du Japon. 


Le plus rapide des bombardiers français, le Farman NC 150, dont le prototype avait été construit sans hâte aucune (hélas), aurait sans aucun doute ridiculisé le Messerschmitt 109 E de 1940 sans difficulté. 

Par contre, c'est la version Bf 109 F qu'il aurait rencontré à sa sortie, début 1941, et les choses eussent été plus difficiles pour lui...

Non, un bombardier ne peut jamais être sûr de revenir à sa base : Une fois en l'air, il est une proie naturelle des chasseurs.


Le général Giulio Douhet, pour obtenir la maîtrise de l'air, raisonnait comme si les avions se comportaient comme des navires de surface. 

Son raisonnement - sur ce plan - était entièrement faux, mais il existe encore des gens qui continuent dans cette voie.


En réalité, les commissions Françaises étaient dominées par des hommes qui volaient rarement (ou alors dans de vieux Potez XXV) et qui, de ce fait, n'avaient plus le moindre sens tactique du combat aérien. 

Faute de cette qualité essentielle, ils raisonnaient de manière théorique sans détecter celles de leurs prémisses qui étaient fausses.


La vitesse d'un avion de chasse dépend essentiellement de son aptitude à grimper vite au dessus des appareils ennemis pour transformer cette différence d'altitude en gain foudroyant de vitesse. 

Bien entendu, il faut quand même que le-dit avion de chasse grimpe suffisamment vite, quand même...



Latécoère 570 - un excellent avion, très bien pensé par un constructeur particulièrement compétent dans le domaine des avions lourds, très facile à piloter... mais abandonné


Et le bombardier tuera le vilain chasseur en tirant droit entre ses deux dérives !...


Autre exigence, les avions DEVAIENT obligatoirement être équipés d'un empennage à double dérive pour permettre le tir d'un canon de 20 mm.

Ce type d'empennage était corrélé avec le choix du canon arrière dorsal et avec la prétention de disposer d'avions très rapides.

Cette exigence étonnait les constructeurs eux-mêmes et certains - Amiot en particulier - n'arrivèrent pas à la prendre au sérieux, ce qui leur coûta très cher.

Mais le seul constructeur qui trouvera une véritablement bonne solution bi-dérives (Latécoère pour son Laté 570, voir photo ci-dessus) ne remporta aucun marché, parce qu'il avait refusé la nationalisation. 

C'était quand même une incohérence coupable.

Si on regarde les avions de cette guerre, force est de constater que les avions les plus construits furent mono-dérive. 

Il y avait plusieurs excellentes raisons à cela :
  • En vol lent, donc aux grands angles d'incidence de la voilure sur le lit du vent relatif, les deux dérives sont le plus souvent masquées par les fuseaux moteurs ou par les trains d'atterrissage, ce qui rend les avions très délicats à contrôler au décollage et à l'atterrissage.
  • La double dérive se comporte comme un système d'oscillateurs couplés. Des vibrations sont induites par les turbulences émises par les fuseaux moteurs. Il y a donc un risque d'entrée en résonance, puis de rupture de la cellule. On lutte contre cette résonance en rigidifiant les attaches de chaque dérive, ce qui se fait par des renforcements, et cela entraîne une augmentation significative de masse de l'avion, ce qui diminue obligatoirement sa vitesse et sa maniabilité...
  • Aux grandes vitesses de piqué, l'engin devient très difficile à mettre au point (longues pertes de temps).
  • Alors qu'un empennage mono-dérive induit 1 angle mort, un bi-dérives en induit 2...

Les bombardiers Américains que nous décidâmes d'acheter en 1938 (Douglas DB 7 Boston et Martin 167 Maryland), utilisaient tous, bien sûr, un empennage mono-dérive. 

Et ils volaient plutôt bien.

Nos décideurs s'en accommodèrent très bien, mais pour ceux-là seulement. 

Deux poids et deux mesures : L'esprit républicain, comme le respect de la logique, étaient bien loin. 

Plus grave, nos mêmes décideurs s’accommodèrent très bien de l'absence de réservoirs auto-obturant sur ces avions, équipements qui étaient de règle sur nos bombardiers nationaux. 

Là, c'était quand même très, très irresponsable...



Et pour finir, je veux un canon !


On avait, je l'ai évoqué plus haut, décidé qu'il fallait défendre tous nos bombardiers moyens avec un canon dorsal qui tirait entre les deux fameuses dérives. 

Le canon en question était l'Hispano-Suiza HS 404, qui possédait d'excellentes capacités balistiques et un pouvoir destructeur mortel.

Oui, mais... 

C'était, là encore, une vision de gens qui raisonnaient dans un monde à deux dimensions.  

C'est la différence de vitesse ascensionnelle instantanée entre le chasseur et le bombardier qui va toujours décider de l'issue d'un combat. 

Or, même un chasseur ancien et "mauvais" grimpeur (style Morane 406) pouvait changer très vite son angle d'attaque sur quelque plan que ce soit par rapport à un avion 5 fois plus lourd. 

Cela était dû à sa faible inertie et à son bien meilleur rapport poids/puissance. 


Par contre, le bombardier, avec sa masse supérieure et son maître couple à l'avenant, présentait une forte inertie que rien ne lui permettait de combattre.


Si le canon avait eu une vitesse initiale double de celle d'une mitrailleuse (voire, pourquoi pas, un canon laser...;-) ) en même temps qu'un système de visée permettant une très grande précision lorsque les chasseurs étaient encore très loin (à 2 000 m), alors, oui, le bombardier aurait pu se protéger efficacement.

Mais ce n'était pas du tout le cas, la précision ne permettait pas de tirer à plus de 400 m et le canon ne disposait, pour se recharger après avoir mangé son chargeur de 60 obus, que de chargeurs de 30 obus : 3 à 4 secondes de tir. 

Il fallait donc le recharger souvent. 

Le tambour de 30 obus contenant les munitions pesait environ 14 kg, et il n'était pas tout près ! (celui de 60 obus pesait 26 kg).


Comme le bombardier attaqué essayait d'éviter les tirs ennemis en virant aussi serré que possible, les g augmentaient le poids à 30 kg, voire 45 kg. 

Vous arrivez à manipuler de tels poids avec précision d'une seule main et à bout de bras, vous ? Moi pas (même quand j'étais bien plus fringant), alors félicitations, vous êtes vraiment particulièrement costaud !

Une (ou mieux, deux) mitrailleuse(s) de 12.7 mm auraient permis de disposer un mur de balles lourdes et rapides devant le chasseur attaquant. 

Ce dernier étant un avion léger, il n'aurait pas aimé du tout ce type de réception !




Un avion parfait !...?



Cet avion était le Lioré-Olivier 451, enfanté par les ingénieurs Pierre-Etienne Mercier et Jacques Lecarme. 

J'ai vu de mes yeux au moins un de ces avions dans le hangar d'un aérodrome (il me semble que c'était à Boufarik, près d'Alger) lorsque j'avais entre 5 et 7 ans (donc entre 1950 et 1952), avec sa haute silhouette caractéristique et ses moteurs bâchés. 

Les adultes autour de moi disaient, en baissant un peu la voix, que c'était "un avion de guerre". C'était une marque de respect, mais surtout, la marque de souvenirs qu'ils voulaient oublier.

Moi, évidemment je n'y comprenais rien, mais il me paraissait méchant.

Il me suffit de le revoir dans ma tête pour détecter le soin très raffiné de son étude aérodynamique. 

Les ailes minces (15 % d'épaisseur relative à l'emplanture à 11% à l'extrémité de l'aile d'après Lecarme) et effilées, les capots moteurs très originaux, tout était optimisé pour la vitesse. 

Le fuselage était élégant tout en assurant une bonne visibilité au pilote, au bombardier et au mitrailleur.




deux LéO 451 en vol sur le site wwiivehicles - consulter la fiche technique sur Aviafrance

Les qualités de vitesse étaient tout à fait bonnes pour l'époque, puisqu'il fut crédité de 502 km/h à 5 100 m d'altitude.

{Léger bémol cependant : la vitesse obtenue n'était pas celle d'un avion de série normal, celui-ci avait vu toute sa surface mastiquée, ce qui lui permettait de gagner une petite dizaine de kilomètres/heures}.




Collection personnelle de l'auteur - Premier point d'une réponse à l'auteur d'un article d'Aviation Magazine (années 60) dans laquelle Jacques Lecarme donnait l'éventail des vitesses des LéO 451 à leur réception. Son interprétation des vitesses mesurées plus basses n'est pas convaincante, la finition des avions variant d'une usine à l'autre.



Pour mémoire, la photo ci-dessus donne une idée de la dispersion des vitesses de pointe des LéO 451 à la meilleure altitude. 

Cette variation de 36 km/h n'était pas négligeable du tout. 

Lecarme avance l'hypothèse, qu'il eut été facile de vérifier, du rodage insuffisant des moteurs. 

Si tel avait été le cas, la distribution des vitesses serait formée de deux populations presque distinctes (bi-modale). 
Il me semble qu'il l'aurait dit s'il en avait eu la preuve, mais il ne l'a pas fait.

Par contre, la structure de l'avion étant très complexe, la main d'oeuvre qualifiée étant partie au front par incompétences des services de mobilisation, j'ai plutôt l'impression que les différences de finition et de masse entre les exemplaires n'étaient pas négligeables.

On expliquerait ainsi que la moyenne tombe pile au milieu et aussi que les exemplaires sortant d'Ambérieux en Bugey aient eut la réputation d'être plus rapides que ceux sortant de certaines autres usines. 

Les 5 000 m atteints en 14 minutes par le prototype indiquaient que cet avion était trop lourd (mais certainement plus rapide en montée que ses frères de série, plus lourds et moins peaufinés).

L'avion montait moins vite que l'un de ses concurrents presque dans le rapport de 1 à 2.


Une première raison de cette lourdeur résidait dans la volonté de disposer d'un avion permettant des manœuvres très brutales, type chasse, certainement à cause des suggestion de Jacques Lecarme qui avait participé à la conception et aux essais en vol.

La publicité de la SNCASE dans le numéro du 10 Juin 1938 de l'hebdomadaire Les Ailes annonçait fièrement :


Le O - 4 5
10 Tonnes
 L'Armement et la Charge utile du gros bombardier 
La Vitesse et la Maniabilité de l'avion de chasse


Cela ne suffit cependant pas à expliquer ce sur-poids. 

Comme chacun le sait, les avions sont plus lourds que l'air et chaque kilogramme en excès de leur structure signifie donc soit une perte de charge utile soit une perte de vitesse.

Car, si l'ingénieur Mercier était un spécialiste des structures d'avion, c'est la première fois qu'il concevait un avion entier et qui plus est, un avion de bombardement, donc un avion très spécialisé.

Il a donc réalisé une sorte de chef d'oeuvre au sens moyenâgeux du terme, c'est à dire un concentré de tout ce qu'il savait faire de plus sophistiqué.

Et c'est vrai, son "bébé" était à la fois beau et très solide.

Mais cet excès de poids signifiait aussi des performances ascensionnelles très moyennes et un plafond médiocre.

Donc, quitter le sol à pleine charge était moins facile avec le Lioré 451 que sur des avions moins pensés pour la maniabilité.


Un problème très grave - et connexe - apparut dès que l'avion fut intégré au sein des unités opérationnelles : La moindre dissymétrie de puissance au décollage entraînait un crash, mortel lorsque l'avion était à la fois plein d'essence et rempli de bombes. 

Du 3 Septembre 1939 au 10 Mai 1940 inclus il y eut 20 accidents dont une partie très importante causa des décès et des blessures graves. 

Cela représentait ~20% de pertes, sans aucune action de l'ennemi !


Les pilotes d'essais n'avaient jamais anticipé ce comportement et ne feront rien pour y remédier, sauf,  tardivement (à partir du 18 Mars 1940), lorsque Jacques Lecarme, en personne, ira expliquer aux pilotes la méthode de décollage qui porte son nom et qui consistait à refuser que la roulette de queue quitte le sol (on gardait le manche au ventre) tant qu'une vitesse suffisante n'était pas atteinte. 

C'est assez ironique de la part d'un homme qui écrira avoir lutté toute sa vie pour que tous les avions se pilotent de la même manière !

Puisque la méthode Lecarme aidait à décoller droit, on cru que tout allait bien se passer désormais, mais c'était faux. 

Il y eu encore des crashs après le décollage : L'avion payait son excès de masse par des décrochages qui pouvaient aller jusqu'au tonneau déclenché, aboutissant à l'écrasement sur le dos (forcément mortel).


Tout aussi grave pour la Nation, le LéO 451 était très long à construire malgré le luxe de moyens mis en oeuvre pour y parvenir. 

Il fallut 4 mois pour produire les 5 premiers exemplaires du LéO 451, soit un taux de 1.25 avion par mois ! 

Et encore, aucun des avions livrés n'était vraiment opérationnel

Pendant l'hiver 1939-1940, le temps de construction d'un seul exemplaire était à peine inférieur à 60 000 heures. 

Entre début Septembre 1939 et Mai 1940, une centaine de LéO 451 sortirent, soit une moyenne de 12 avions par mois. 

Alors était-ce le grand succès des nationalisations comme je l'ai lu à satiété ? Sûrement pas. 

Même en Juin 1940, il sera quasiment impossible de descendre en dessous de 45 000 h. 


Jacques Lecarme, qui était à la fois juge et partie, disait, dans une réponse à un article d'Aviation Magazine, que la SNCASE avait livré 450 avions au 24 Juin 1940. 

L'Armée de L'Air en avait réceptionné moins de 350.

A peine plus de la moitié de ces avions ayant été employés par des équipages opérationnels, cela signifie que les avions sortis, même s'ils pouvaient voler, n'étaient pas opérationnels du tout, les sorties comptabilisées ainsi étaient donc purement administratives.


Une efficacité... juste moyenne



Ainsi, sur les 247 LéO sortis d'usine au 1er Mars 1940, seulement 108 furent acceptés

Il leur manquait de nombreux dispositifs nécessaires à l'action armée.

Cela signifie que le 10 Mai 1940, peu de pilotes et d'équipages étaient à même de dominer cet avion.

Optimisé pour la maniabilité, il pouvait passer des boucles (loopings) et des tonneaux, mais, tant pis si je me répète, cela ne servait à rien.

De fait, une fois compris le pilotage de l'avion, et, surtout, une fois qu'il était en l'air, l'engin démontrait effectivement d'excellentes qualités de vol.


Cela permit à certains pilotes exceptionnels, épaulés par d'excellents mitrailleurs, de se sortir de situations bien compromises, parfois même en descendant des chasseurs.

Mais on devait disposer d'un bombardier, pas d'un chasseur.



Qu'a donc permis de réaliser le bombardier dans son vrai corps de métier ?


Déjà, il subissait de gros problèmes sur le trajet qui menait à l'objectif, puisque dans les 10 premiers jours de combats en Mai 1940, sur 128 décollages réels, 95 vols seulement avaient pu atteindre leur objectif. 


Le taux d'échec sur le trajet aller était donc de 26%, la rançon inévitable d'un avion qui n'était pas encore au point.

Quant au taux de pertes, il était de 31 avions sur les 63 disponibles soit 49%.

C'est un taux de perte équivalent à celui des Bréguet 693 d'assaut, équivalent également à celui des Fairey Battle de la RAF. 

Mais le Lioré 451 ne faisait pas de rase-motte !



C'était aussi, entre autre, la traduction directe du fait que personne, parmi les Alliés, ne savait bombarder la Wehrmacht. 

Alors, lorsque vous lisez que tel avion était mauvais parce qu'il a perdu 50 % de ses effectifs, regardez bien les altitudes de vol exigées et l'escorte de chasse fournie. 



Ironiquement, le CEMA, en favorisant honteusement la commande du Morane 406 plutôt que celle du Nieuport 161, plus rapide de 50 km/h, a contribué à augmenter les pertes de ce bombardier puisque seul, avant l'arrivée du Dewoitine 520, le Nieuport avait la capacité d'escorter le LéO 451 !


Au total, il faut compter environ 80 avions perdus (toutes causes confondues) sur environ 180 engagés dans les unités combattantes, soit un taux de pertes de 44.5%. 


Le taux de pertes global s'était donc progressivement abaissé de 5% pendant la Bataille de France.

Tant mieux.



Les équipages revendiquèrent une douzaine de victoires sur la Chasse Allemande, ce qui est honnête, sans plus.

Il faut dire que les bombardiers étaient envoyés par petits paquets, toujours à basse altitude, ce qui leur interdisait toute défense collective mais aidait furieusement la Flak.


Quand à avoir une idée de l'efficacité des bombardements, il n'y a qu'une piste possible, malheureusement : Ces avions ont été employés en Syrie contre les troupes Alliées et les FFL. 

Là, les LéO 451, aux dérives fortement agrandies dès Septembre 1940, étaient plus au point et bien mieux connus. 

Face à une chasse Alliée médiocre (Hurricane Mk I) et à une DCA modeste, les résultats ont été simplement corrects.

On peut extrapoler de ces faits que, face à la Wehrmacht plus organisée de Mai-Juin 1940, les résultats ont probablement été assez inégaux.


Donc, il est facile de conclure : C'est la dure leçon de la mise en service précipitée d'un avion qui n'était pas encore au point et qui était piloté par des hommes dont la formation sur cet avion était bien trop récente.


Essayer de sauter les étapes dans la mise en service d'un avion est criminel.