lundi 23 juillet 2012

la "rafle du Vel d'Hiv" : La Nation Française, occupée par l'ennemi nazi, n'y était pour rien (Révisé le 20 / 04 / 2017)



On a "commémoré" le Mardi 17 Juillet 2012 la monstrueuse "rafle du Vel d'Hiv".

Mais si la responsabilité de l'Etat Français avait bien été reconnue par Jacques Chirac, j'ai bien peur que très peu de gens aient vu la subtilité "jésuitique" de son propos.



Vichy : L'épine de la trahison dans notre Histoire 




Il y avait bien quelque chose qui avait pris le nom d'Etat Français : C'était le régime de Vichy.

Dirigées par un homme bien peu recommandable, René Bousquet, la police et la gendarmerie Françaises ont bien été obligées de "collaborer" à cette ignominie.

Mais il leur a fallu du temps pour comprendre le but des Allemands.

Quand ils l'ont compris, certains ont trouvé le courage de faire fuir les Juifs qui étaient recherchés.

On voit sur les documents de l'époque que les troupes Allemandes étaient bien proches, car la ville de Paris, qui n'était pas en zone "libre", était entièrement quadrillée par elles. 

Je doute que les hommes des forces de l'ordre Françaises aient eu le moindre choix.

Mais je tiens à rappeler que, ainsi que cela a toujours été la position du Général de Gaulle, comme des dirigeants de la IVème et de la Vème République jusqu'en 1995, le régime au pouvoir en France occupée depuis l'armistice de Juin 1940 - l'Etat Français de Pétain et de Laval - n'a jamais eu aucune légitimité.

Ce régime a d'ailleurs été jugé et condamné légalement par la justice Française dans une suite de procès entre 1946 et 1947.

Ce pouvoir s'était installé sous la protection de l'armée Allemande et des sbires de ses services secrets


En 1940, la situation était la suivante : 
  • La très faible armée Britannique stationnée en France avait volé en éclat, 
  • Les USA étaient confortablement installés dans leur neutralité,
  • L'URSS, objectivement alliée à Hitler, lui livrait, à satiété, pétrole et nourriture.

Aucune aide n'était accessible pour les démocrates sauf en eux-mêmes. 

Les êtres humains de la trempe et de la compréhension stratégique d'un Charles De Gaulle sont excessivement rares.

Ceux qui objectent que les parlementaires avaient voté les pleins pouvoir à Pétain oublient simplement que ces hommes étaient terrorisés et se raccrochaient à un militaire qui était considéré jusque là comme exemplaire.

Le 10 Juillet 1940, lorsqu'ils ont voté ce texte, la France était occupée et son Armée n'existait plus.

Le régime de Pétain était donc bien arrivé "dans les fourgons de l'ennemi".


Le fait que des gouvernements étrangers,comme celui des USA en particulier, aient pu continuer à le traiter comme légitime est le problème du gouvernement Américain de Mr Roosevelt et de ses pensées plus que troubles.

Nous n'avons - et nous n'aurons jamais - aucune raison de cautionner leurs points de vue.

L'avis de n'importe quel gouvernement étranger n'engage en rien le Peuple de France et ne légalise en rien le régime de Pétain.

Le légitimité d'un régime repose uniquement sur son peuple, et uniquement en dehors de toute pression militaire ou autre


Par contre, dans ce blog, je dénonce quand même une responsabilité du vrai Etat Français légitime, celui de la IIIème République entre 1932 et 1940.

Elle n'a pas mis en place en temps et en heure les structures humaines et les moyens militaires indispensables à la protection de la Nation, tellement il paraissait plus important à ses politiciens de faire plaisir aux innombrables lobbies qui grenouillaient pour obtenir des avantages personnels disproportionnés.



Aucun d'entre ces politiciens n'a montré la moindre vision stratégique



Un des nombreux et malheureux résultats de leur incroyable médiocrité a été la disparition de milliers de citoyens Français au seul prétexte qu'ils étaient d'une religion non admise par Hitler.

Oui, c'est une tache sur notre drapeau.


Et le pire sera toujours possible tant que les politiciens croiront au Père Noël et refuseront de voir la vérité en face et de la dire.

Mais j'ai l'impression que cela leur sera presque toujours impossible, tant la soif de pouvoir est une addiction démente.







vendredi 6 juillet 2012

Les drones : Tuer n'est pas jouer !... (Révisé 02 / 09 / 2013)

Les pertes d'hommes au combat, LE grand problème de toute guerre


Depuis 1789, et sauf erreur de ma part, la France a perdu 3 700 000 tués dans les diverses guerres. 

Napoléon, très dépensier dans ce domaine, n'y pensait pas vraiment, comptant beaucoup trop sur la forte natalité.


Les citoyens Français ont commencé à prendre conscience de l'importance catastrophique des pertes en soldats vers la fin de l'année 1914 : Le journal de ma grand-mère paternelle montre que, chaque semaine de cette période,  de nouveaux jeunes cousins ou amis venaient de disparaître au champ d'honneur.

Il faut reconnaître que, pendant la Grande Guerre, et en particulier au début, des paquets de plusieurs centaines de milliers d'hommes pouvaient disparaître en quelques jours. 

J'ai déjà dit le nombre catastrophique d'erreurs qui ont très fortement aggravé ce bilan (voir mon post : Le rôle des journaux et des journalistes illustré par les cuirassés et les pantalons).


Supprimer les armes et l'Armée, une vraie solution ?


L'émotion des Français devant ce bilan sanglant se devait d'être grande et elle le fut. 

Mais l'émotion, lorsqu'elle n'est pas associée à une réflexion rigoureuse, peut avoir des conséquences pires que les drames qui l'ont engendrée.

Ceci est malheureusement illustré par la réponse donnée par nos politiciens de l'entre-deux guerres, Aristide Briand, en particulier, à la fin des années 20, et qui consista à essayer de mettre la Guerre hors la loi (Pacte Briand-Kellog).  

Que voilà une belle formule ronflante ! Elle est apparue géniale à ces hommes baignés depuis une éternité dans le juridisme (idée selon laquelle toute action politique doit passer par la loi).

Ces tentatives, je veux dire, celles dans lesquelles on imagine que des mots viendront à bout d'une réalité horrible, avaient déjà et auront toujours un relent de pratique magique qui nous ramenait 15 000 années en arrière.


Le droit ne prend son sens que si des moyens - éventuellement contraignants - imposent son respect. 

Ces moyens contraignants d'un pays sont son armée, sa police et sa douane.


Or, justement, l'Armée Française venait de remporter une sacrée victoire. 


  • Elle avait bloqué un déferlement Allemand à la Bataille de la Marne en Octobre 1914, 
  • elle avait encore été victorieuse à Verdun en 1916, 
  • elle avait aussi aidée l'Italie à battre l'Empire Austro-Hongrois,
  • enfin, elle avait complètement bloquée les énormes offensives lancées par Hindenburg et Luddendorf initialement sur les armées Britanniques,  qui avaient forcé ces dernier à reculer de 50 km. 

Elle était donc incontestablement la meilleure du monde. 

Mais elle tirait sa force de la volonté de l'ensemble de la Nation, de la technologie de ses scientifiques et de ses ingénieurs, de ses industriels et de l'abnégation de ses ouvrières et de ses ouvriers

Toutes choses qui ne sont jamais inscrites dans le marbre.




Quand l'idée pacifiste de Briand fut rendue publique, la "cohérence politique", exigée par des politiciens qui jouaient probablement un rôle assez trouble dans la politique française, entraîna que les crédits militaires soient réduits.


Cela dura longtemps et l'on préféra dépenser l'argent dans des systèmes pharaoniques comme l'Exposition Coloniale de 1931 ou l'Exposition Universelle de 1937.

A l'évidence, nos politiciens préféraient croire que la situation internationale s'arrangerait toute seule. 


En 1934, la réalité idéologique et militaire nazie éclata enfin au grand jour, et là, pris de court, ils se sont trouvés incapables de préparer la riposte



Étonnamment, nombre de ces soit-disant libres penseurs professionnels ont alors semblé croire qu'une Providence penserait et agirait à leur place ! 


Deux ans plus tard et face au désastre imminent, ils assimilèrent naïvement FD Roosevelt à cette Providence, sans même avoir constaté que les USA n'avaient pas encore l'embryon d'une industrie militaire digne de ce nom (elle n'a vraiment démarré qu'en 1942) !


Pourtant, dès 1929, les observateurs consciencieux trouvaient déjà le nazisme très menaçant.

Un dicton de pompiers dit qu'un feu de cendrier pris très tôt s'éteint avec un verre d'eau, mais qu'au bout d'une heure, il faudra au moins une caserne de pompiers pour éteindre l'immeuble.



Ainsi, au lieu de bloquer la remilitarisation de la Rhénanie, c'est à dire d'éteindre un feu de cendrier dans la minute, ils ont attendu, préférant "le beurre aux canons". 


Cette attitude, en faisant croire à Hitler qu'il pouvait tout se permettre, a provoqué la guerre puis l'occupation de l'Europe. 


Bien sûr, les politiciens Britanniques, Américains et  Soviétiques n'ont pas démontré à l'époque une vision meilleure en quoi que ce soit, mais leurs peuples, eux, étaient protégés par trois "sérieux" fossés anti-chars : 


  • La Manche, pour les Britanniques,
  • l'Atlantique, pour les Américains,
  • l'immensité des territoires et le puissant Général Hiver pour les Russes (quoiqu'ils en disent maintenant, ce qui n'enlève rien ni à l'immense courage de leurs soldats - après l'impréparation due à Staline - ni à l'excellence de leurs chefs, une fois que Staline a cessé de pourchasser ceux d'entre eux qui avaient de vraies compétences militaires).


Nos politiciens n'avaient pas cette chance. 


Ils ont été responsables, toujours par référence aux pompiers, d'avoir laissé se développer un énorme incendie de forêt, car si nous avions réagi en temps et en heure, la 2ème Guerre mondiale n'aurait évidemment pas pris l'extension qu'elle a prise.

Donc, la voie du pacifisme est purement stérile et le sera toujours (ce que vous ne devez pas prendre pour une apologie de la guerre à outrance).


La force armée, nécessité vitale pour tout pays



Tout gouvernement, dans quelque pays que ce soit et à quelque philosophie qu'il appartienne, se doit de pouvoir défendre son peuple, donc son pays, au moyen de son armée, de toute tentative de mainmise de quelque puissance que ce soit. 


Aïe ! mauvaise nouvelle, une armée est (entre autres) obligatoirement formée à tuer. 



D'ailleurs, cela ne concerne pas la seule Humanité mais également toutes les sociétés animales, voire même les associations de bactéries ou  de champignons (qui ont inventé à cet effet les antibiotiques, merci à eux). 



De bonnes âmes s'en offusquent ? Elles sont simplement dans le déni de la réalité.



Politiciens de tous bords, vous croyez-vous tellement supérieurs à l'Evolution Darwinienne ? Si oui, vous avez bien tort car ses leçons sont universelles et méritent d'être méditées.


La fusillade de Norvège en 2012, avec ses 77 morts, a démontré qu'il ne suffit pas de dire qu'une telle chose ne peut pas arriver pour qu'elle n'arrive pas. 


Hitler est mort, certes, mais beaucoup de dictatures existent toujours et notre pays, prisonnier de ses idées préconçues peine à croire qu'il puisse avoir des émules aussi puissants.



une guerre où l'on ne perd pas de soldats ?


Les USA croient avoir totalement compris ce problème. 

Les décideurs du Pentagone, comme ceux de tous les autres ministères de ce pays, s'imaginent que plus on met de moyens financiers pour tenter de résoudre une question, moins la question existera. 

Ils pensent que la technologie réglera toujours la facture.

Le problème est que plus la technologie avance, plus elle engendre des "désirs technologiques" nouveaux.

les drones 


On parle, y compris dans la presse généraliste, de plus en plus souvent des drones (bourdons, en français). 

Et certaines personnalités, de toutes nationalités, s'extasient sur les drones de combat employés par nos amis et alliés Américains. 

Ce n'est pas une nouveauté : Des avions sans pilotes ont été utilisés depuis un peu plus de cinquante ans, d'abord comme cibles, puis comme avions de reconnaissance petits et pas trop chers.





Nord CT20, précurseur français des drones de reconnaissance, petit, rapide, bien pensé, mais une autonomie réduite à moins d'une heure



Mais deux facteurs sont venus modifier le jeu :
  • le développement de la transmission instantanée d'images à haute résolution, qui permet de connaître ce qui se passe en temps réel sur le terrain.
  • le développement des techniques informatiques embarquées de très haut niveau.
Les drones sont en développement continuel depuis vingt-cinq à trente ans. 

On a travaillé leur durée de vol (les vols durent jusqu'à plusieurs dizaines d'heures), leur discrétion (moteurs fiables, discrets... mais peu puissants).

On a développé des systèmes de surveillance du terrain, voire des cibles, à très haute résolution associés à des logiciels d'analyse de signature en imagerie qui permettent de signaler si une cible connue se trouve repérée. 

Les liaisons satellites sont permanentes parce qu'elles permettent un gros débit d'information dans les deux sens (bien sûr, ce sont des liaisons bien plus sophistiquées que celles qui nous permettent de suivre un évènement télévisé de l'autre côté de la Terre).

La France n'a pas suivi facilement ce mouvement dont elle avait été un des moteurs initiaux. 

Peut-être que le renseignement n'y avait-il pas encore acquis l'importance qu'il a fini par acquérir depuis une poignée d'années. 

Nous utilisons actuellement des drones SDTI et des drones Harfang, issus d'un engin israélien Héron.






Drone Harfang -  sur ce site

Nous les avons beaucoup utilisés en Afghanistan et en Libye. 

Mais leurs capteurs semblent insuffisants pour permettre de lever les doutes lors de la discrimination entre les amis et les ennemis. 

Cela l'oblige à voler plus bas pour avoir des images plus détaillées.


Disposer de très bons capteurs signifie évidement qu'ils vont délivrer des images de grande qualité, avec une résolution impressionnante, donc une énorme quantité de pixels. 


La conséquence évidente est que le traitement de ces images exige des ordinateurs de plus en plus nombreux et performants. 


Comme les ordinateurs quantiques sont encore très loin d'être opérationnels, cela signifie que la notion de complexité algorithmique (en gros : le temps de traitement des données, qui doit s'éloigner le moins possible d'une fonction linéaire du nombre de pixels à traiter...) reste centrale pour réaliser l'analyse automatique des images en temps et en heure. 



les drones de combat


D'un autre côté, comme les drones sont des avions, l'idée est venue tout naturellement d'en faire des bombardiers. 


Les drones sont apparus aux plus "technologiques" des militaires comme le moyen idéal d'obtenir la victoire dans une guerre à zéro morts (ou plus exactement, tendant vers ce but), étant entendu qu'il s'agirait de zéro morts du coté "drone". 

La même pensée que celle qui avait conduit nos ancêtres paléolithiques à inventer les armes de jet, lors de la préhistoire : Toucher l'autre en restant hors de sa portée, doctrine toujours illustrée et assumée par les tireurs d'élite. 

Cette pensée a conduit plus tard à la cuirasse, aux fortifications, à l'artillerie... 

Elle perdurera jusqu'à la fin de l'espèce humaine.


Les Américains l'ont réalisé et se réjouissent des succès qu'ils ont pu obtenir ainsi.




le Predator américain délivrant un missile Hellfire  -  sur le site alliancegéostratégique -



Leurs drones peuvent donc détruire un char de combat, ou n'importe quel véhicule ou bunker. 

C'est très intéressant parce que si le drone est lent, il est petit (la taille d'un petit chasseur du début de la 2ème Guerre Mondiale et vole assez haut. 

Il est donc difficile à repérer car tous les drones présentent une faible signature radar.


Les drones sont alors apparus aux plus "technologiques" des militaires comme le moyen idéal d'obtenir la victoire dans une guerre à zéro morts (ou plus exactement, tendant vers ce but), étant entendu qu'il s'agirait de zéro morts du coté "drone". 

La même pensée que celle qui avait conduit nos ancêtres paléolithiques à inventer les armes de jet, lors de la préhistoire : toucher l'autre en restant hors de portée, doctrine toujours assumée par les tireurs d'élite. 

La même pensée a conduit plus tard à la cuirasse, aux fortifications, à l'artillerie... Elle perdurera jusqu'à la fin de l'espèce humaine.


Les drones américains de combat ont réactualisé le concept philosophique de l'acte gratuit mis en scène par André Gide dans son roman "les caves du Vatican" : Lafcadio, un des personnages-clef, jette par la fenêtre d'un train un vieillard qui ne lui a rien fait. 

Du coup, il croit avoir démontré sa liberté...

J'imagine sans aucune peine un pays très technologique lançant des drones d'un type encore inconnus (mais réalisables), robotisés, et interdisant le survol d'une portion quelconque de territoire en lançant des missiles air-air. 



Les 2 revers de cette médaille


L'idée de tuer impunément les gêneurs a toujours séduit beaucoup de politiques. 

Le problème, c'est que l'éradication de l'horrible vilain d'en face est, de fait, non pas impraticable mais mal praticable. 

L'ennemi que l'on croyait éliminé renaît obligatoirement de ses cendres. 

Plus il a été soumis à un traitement brutal et dégradant, plus il y a de chances qu'il vous le fasse payer un jour, et avec les intérêts, bien sûr.



video games !

Les drones bombardiers actuels exaucent parfaitement le souhait des décideurs.  

Leur mise en action est largement assisté par la consultation des bases de données géantes de la CIA et autres agences de renseignement.

De ce fait, ils sont pilotés par de brillants cyber-pilotes qui travaillent depuis les USA et qui rentrent le soir chez eux comme n'importe quels salariés. 

En fait, ils sont payés pour jouer à quelque chose qui ressemble étonnement à un jeu vidéo, avec le même côté étonnant : On n'y meurt pas, même si l'adrénaline y est très forte.

L'excellent article de JM Tanguy (dans RAIDAVIATION, n°1) sur les drones Harfang - qui, eux, ne frappent jamais - en Afghanistan montre que nos pilotes de drones sont sur place et que cela leur donne un plus opérationnel.


Premier petit problème lié aux drones bombardiers : Ils tuent vraiment l'adversaire, voire même, parfois, des civils. 

Le sénateur US Lindsay Graham annonçait il y a peu que le nombre total de tués dus aux drones américains était de l'ordre de 4700 (Huffington post du 21/02/13).

Pendant le conflit Afghan, aussi bien le président Karzaï que les autorités pakistanaises se sont très souvent plaints de pertes civiles dont une bonne partie étaient liées à des erreurs d'identification de cible.

Et ces bavures sont bien moins pardonnables par les populations que celles occasionnées par des soldats de chair et de sang qui, eux, risquent leur vie en permanence. 

C'est évident, le pays qui emploie ces moyens méprise le pays qui a donné naissance aux hommes abattus puisqu'il ne risque pas ses soldats sur ce terrain.

Le risque politique est donc bien plus grand que les décideurs ne l'imaginent.



Second petit problème : ces drones font pleinement partie du cyber-univers : ils sont donc hackables ou piratables. 



Drone RQ 170 révélé par JD Merchet dans son blog secret défense en 2009.

C'est ce que l'Iran dit avoir fait à partir du super-drone furtif Lockeed RQ 170 qui est désormais exposé à Téhéran. 

Imaginez donc que ce drone puisse porter des armes très sophistiquées et qu'elles soient retournées contre leurs anciens propriétaires !

Aucun scénariste ne refusera le problème d'une cyber-guerre entre robots, déjà vue dans Star Wars de Georges Luckas. 

Mais, là, on reviendrait plutôt à Louis Lumière, avec l'arroseur arrosé.


Depuis que j'ai commencé la rédaction de ce post, des étudiants d'une université américaine ont aussi réussi cette opération.


Troisième petit problème :  les dirigeants du pays qui domine le mieux les drones peuvent être tentés d'utiliser ces armes pour éliminer tout dirigeant gênant, même sans qu'il y ait eu la moindre agression de sa part.

La notion de souveraineté nationale est donc facilement en péril.



Conclusion (provisoire) 


Les drones sont utiles, incontestablement. 

Pour cela, nous en avons besoin.

Ils présentent des dangers tout aussi incontestables de retour à l'envoyeur. 

Il y a donc un gros travail à faire pour réduire les risques d'un tel événement.


Mais ils peuvent surtout constituer une drogue pour certains dirigeants politiques, car une guerre sans prix à payer n'est rien d'autre qu'une addiction gravissime.


On a certes trouvé le moyen d'éviter l'emploi abusif de l'arme nucléaire, Hiroshima et Nagasaki ayant constitué une démonstration éloquente de leur gigantesque et terrifiante puissance, introduisant - provisoirement - entre les Nations une sagesse remarquable. 

Les drones sont tellement moins mortels que les risques d'un emploi inconsidéré sont devenus très importants.

Il est grand temps d'y penser... Mais, là, je doute qu'un seul général s'arrête une seconde sur cette question.




Pour accéder au post sur l'achat de drones Predator, cliquez ici