dimanche 28 avril 2013

Carnets de la Mémoire (mis à jour le 13 / 09 / 2017)

Ce post vous permet de naviguer dans les commémorations diverses.



|------- Les héros de la France :
|
|               |------- François Jacob, Compagnon de la Libération et Prix Nobel , disparaît.
|               |
|------------|------- Roland de la Poype, as du Normandie-Niemen, Compagnon de la
|               |          Libération, un homme qui sut développer ses très multiples talents ! 
|               |          Sa mort n'a pas reçu l'hommage du gouvernement.
|               |          Ou : De l'ingratitude des parvenus...
|               |        
|               |------- René Mouchotte, héros plus qu'exemplaire de la France Libre. 
|               |          On lui a volé, il y a peu, un de ses titres de gloire.
|               |          Alors, Non ! moi, je ne commémorerai pas ceux qui ont décidé ainsi.
|               |    
|               |------- Georges Guynemer, il y a un siècle  déjà       
|                          
|-------- Evénements
|           
|               |------- 2, 3 Septembre 1914 : Première action réelle de reconnaissance 
|               |          aérienne stratégique, qui déclenche la Victoire de la Marne. 
|               |              

|               |------- Georges Guynemer et René Fonck : Deux géants parmi les poilus.
|               |           Pourtant, aucun des deux ne correspond à ce terme, sauf par leur 
|               |           courage prodigieux et leur acharnement à refuser que l'ennemi 
|               |           mette de nouveau la France à genoux. Tous deux ont mis en place 
|               |           les méthodes nécessaires.         

|               |           Guynemer est mort un 11 Septembre, une bien mauvaise date,       
|               |           décidément.
|               |           On a essayé de déconsidérer Fonck pour des raisons politiciennes.  

|               |              
|               |------- La Victoire de 1918 sur une Allemagne Prussienne impitoyable et 
|               |          dévastatrice, battue par l'union de toutes les forces de la Nation. 
|               |          Elle doit être fêtée, non dans une cérémonie fourre-tout, mais avec 
|               |          amitiés pour nos Alliés et nos anciens adversaires devenus nos amis.
|               |        
|------------|------- La rafle du Vel d'Hiv est Allemande. La police Française, aux ordres
|               |          de Vichy (termes de l'armistice du 24 Juin 1940) fut obligée d'y
|               |          participer. Tous ceux qui ont voté les pleins pouvoir à Pétain en   
|               |          partagent la responsabilité. Mais pas la France qu'ils l'avaient 
|               |          abandonnée. Les héros sont rares...
|               |      
|               |------- Le 10 Mai 1940 : La surprise qui n'aurait pas dû exister. Le résultat d'une
|               |          longue période de paresse intellectuelle. Le Monde y perdit les premières
|               |          dizaines de milliers de ses 50 à 100 millions de morts, sans compter les
|               |          vies gâchées, combien plus nombreuses...
|               |        
|               |------- Le Dewoitine 520 : Notre avion de chasse emblématique a décollé
|               |          pour la première fois le 2 Octobre 1938.
|               |
|               |------- Un Dewoitine 551 , un projet fantastique de construction d'un avion
|               |          ancien qui n'a jamais volé. Le projet a été lancé par Réplic'Air 
|               |          le 13 Décembre 2013, un moteur quasi-identique a été obtenu en 
|               |          Octobre 2014.
|               |          Les choses ont bien avancé dans ce nouveau point.
|
|
|------------|------- Anomalies ou Questions
|               |
|               |------- Une engin cible "attaque" un croiseur anti-aérien et le percute...
|               |          Est-ce vraiment "normal", Docteur ?
|               |
|               |------- Une météorite tombe en Russie. Personne ne l'a vue arriver :
|               |           Elle est sombre, rapide (encore que...) et, surtout, elle vient
|               |           d'une partie du ciel que nous ne surveillons pas.
|               |           De sympathiques ingénieurs expliquent que l'on peut dévier
|               |           ces objets. A quels prix (le pluriel est volontaire) ?|            
|
|------------|------- L'Armée de la France : Élément fondamental de notre pays.
|               |
|               |
|               |------- La France intervenant en Syrie ? Est-ce l'intérêt de notre Nation ?
|               |
|               |------- La question Chypriote : Cette île paradisiaque est assez loin,
|               |           mais elle a une place stratégique fondamentale.
|               |
|               |------- Le Renouveau de la Marine Japonaise : Tout pays a le droit 
|               |          de se défendre, même contre des pays qui ont souffert de lui 
|               |          autrefois.
|               |
|               |------- Les cyber-attaques contre le Pentagone : En Juin 2013, nos journalistes
|               |           s'inquiétaient bruyamment de attaques de vilains hackers sur les USA.
|               |           J'imagine que les révélations Snowden les ont rassurés. Les USA sont
|               |           ont la part du lion, cela explique leur prééminence absolue dans les
|               |           contrats militaires.
|               |        
|               |        
|               |------- Deux nouveaux porte-avions pour le Royaume Uni ? C'est vite dit.    
|               |          Les avions sont des JSF F 35 de Lockheed. A part dans le
|               |          chef d'agents d'influence appointés, ces avions ne pourront voler
|               |          que sous la protection de vrais chasseurs. 
|               |          On peut aussi employer ces porte-avions pour mettre en oeuvre 
|               |          des hélicoptères : Cela fait cher le super-Mistral !
|               |
|               |
|               |-------
|               |
|               |
|               |-------


dimanche 21 avril 2013

Mort du Résistant et Prix Nobel de Biologie François Jacob

Évoquer, dans ce blog, la mort du Prix Nobel de Biologie et Médecine François Jacob surprendra plus d'un de mes lecteurs.

Mais j'espère leur montrer que je suis toujours sur le même chemin.


Avant de démontrer son authentique génie de la Biologie moderne, François Jacob fut un non moins authentique héros sacré Compagnon de la Libération, une espèce inéluctablement en voie de disparition.

Il a tout quitté à 20 ans, en Juin 1940, pour rejoindre la France Libre et se battre pour la France.

Comme il avait commencé ses études de médecine, il a été affecté à la Colonne Leclerc, en tant qu'infirmier, lui qui voulait tant se battre avec des armes. Mais il faut aussi soigner les soldats.

Cela a continué jusqu'après le débarquement de la 2ème DB en Normandie où il fut très gravement blessé par une bombe Allemande, alors qu'il veillait un très grand blessé.

Après des soins et une convalescence interminable (7 mois), il finit ses études de médecine par une (vraie) thèse de médecine sur un antibiotique.

Sa chance fut de rencontrer André Lwoff à l'Institut Pasteur et de se lancer dans les arcanes de la Génétique bactérienne en même temps que dans la Biologie Moléculaire.

Il a obtenu le Prix Nobel conjointement avec ses amis André Lwoff et Jacques Monod pour leur travail sur le mécanisme de régulation de l'opéron lactose.


Mais, en ce qui me concerne, il en aurait mérité un également rien que pour avoir postulé l'existence de l'ARN messager, puis pour en avoir démontré l'existence avec un ami américain.


Je l'ai rencontré une fois il y a une petite dizaine d'années et je peux vraiment dire que, comme c'est souvent le cas avec les vrais grands hommes, il était d'un accès extrêmement facile, d'une agilité intellectuelle remarquable et qu'il avait vraiment beaucoup d'humour et de vivacité.


Les vraiment très grands scientifiques sont assez rares.

Les vrais héros également.

Mais François Jacob appartenait en même temps à ces deux catégories.


En cela, pour moi il était unique. Il nous manque déjà...

dimanche 7 avril 2013

Le Morane 406 au combat : Quelques forces, des faiblesses, mais, en plus, un commandement... inapproprié (Révisé le 12 / 10 / 2017)

(If you prefere the English version of this post, click here)



Un problème d'échantillonnage



Plusieurs de mes lecteurs ont regretté ma sévérité face au Morane 406.

Comme j'ai complété mon dernier post sur le Dewoitine 520 par un texte sur son aptitude au combat vu par des Allemands, qui en donne une vision plus directe et précise (et, ce qui ne gâte rien, singulièrement flatteuse pour notre avion), je vous propose ici de voir le Morane d'une manière similaire.

Pour cela, j'ai analysé l'ensemble des opérations menées pendant la Bataille de France, dont le bilan est d'ailleurs très complexe.

Ma source est essentiellement le livre Le Morane-Saulnier MS 406 de Lela Presse.

Pour ce qui est des comptages de victoires et de pertes, j'ai été amené à faire des choix en fonction de ce qui me paraissait le plus vraisemblable. 

Par exemple, ayant constaté que les revendications de Pierre Le Gloan pendant la guerre de Syrie étaient toutes validées par C. Shores et C.J. Ehrengardt, j'ai validé sa victoire probable.

Par contre, je n'ai pas validé une victoire d'un autre pilote sur un Henschel 126 dont rien, dans le texte, n'indique qu'il ait fini au sol. 

Mais cela ne concerne au plus que quelques victoires éparses, donc les ordres de grandeurs ne varient pas.


Les destructions au sol ne sont pas des pertes au combat :

La première limitation à laquelle je me suis heurté, mais qui touche tous les types d'avions Français, est l'attrition des effectifs d'avions due aux attaques d'aérodrome.

Cela a réduit plusieurs groupes de manière quasi-totale, amenant à les ré-équiper complètement. 

Ils ont ainsi été éliminés du champ de bataille aux moments cruciaux de la bataille.

Par exemple, c'est une petite quarantaine de Morane qui furent ainsi détruits au sol entre le 10 et le 16 Mai. Cela correspond à un peu plus de 3  escadrilles complètes.

L'ordre de grandeur de ces destructions au sol est le même que celui des pertes en vol dans la même période.

Evidemment, les avions ainsi détruits ne représentaient plus aucun danger pour les bombardiers Allemands !


La seconde, partiellement connexe, provient des abandons d'avions non réparés qui, dès lors, tombèrent aux mains de l'ennemi ou furent détruits pour éviter cette issue. 

(Parenthèse "Terrestre" : Lors de la Bataille de chars de Hannut menée côté Français par la 3ème DLM, les chars Français endommagés furent définitivement perdus parce qu'ils étaient, eux aussi, restés sur place sans qu'on ait pensé à les ramener aussitôt à l'arrière.

Peut-être n'y avait-il pas assez de tracteurs de remorquage, mais cela aurait dû être prévu. 

Les chars Allemands endommagés, eux, furent récupérés par leurs propriétaires, réparés, et se retrouvèrent pour la Bataille de Dunkerque !)


Ainsi, le 17 Mai, le GC III/2 s'était envolé (heureusement, mais juste à temps) pour un aérodrome parisien avec 11 Morane valides mais en laissant sur place 17 avions non réparés qui furent définitivement perdus.

Ces deux facteurs réduisirent considérablement le nombre d'avions susceptibles d'opérer efficacement contre l'aviation ennemie.

Cela n'aurait aucun sens de prendre ces pertes en compte dans les "vraies" pertes au combat, même si elles en dérivent obligatoirement.


Une DCA d'aérodrome parfois déficiente : 

La plus grande partie d'entre elles étaient évitables par un aménagement rationnel des bases incluant une DCA servie par des hommes compétents et courageux.

Ce courage et cette compétence manquèrent parfois, comme par exemple, le 16 Mai, lorsque la DCA de la base, censée protéger le Groupe II/6 qui y stationnait, resta muette pendant 20 minutes (une éternité au combat), temps pendant lequel dix-huit Dornier 17 bombardaient puis mitraillaient impunément le terrain, ne laissant que 4 Morane aptes au vol. Imaginez l'état d'esprits des pilotes et des mécaniciens ! 

J'ai idée que la responsabilité de tels fiascos est essentiellement celle du chef de l'unité et de certains de ses sous-officiers.


Des aérodromes trop près des lignes :

En plus, ceux des aérodromes qui ont fini par tomber aux mains de l'ennemi étaient tous restés occupés trop longtemps alors que les lignes ennemies s'étaient dangereusement rapprochées.

J'ai bien du mal à comprendre - il est vrai que je ne suis qu'un simple citoyen - que les commandants de groupes aient attendu indéfiniment l'ordre d'évacuation salvateur issu de leur hiérarchie plutôt que d'envoyer leurs avions en sécurité.

L'obéissance à ce point aveugle, qui interdisait toute initiative, était forcément mortelle. 

Mieux valait, à mon avis, risquer le conseil de guerre que de perdre des dizaines d'avions (je sais, j'exprime ici typiquement une pensée de contribuable et de scientifique).

C'est d'autant plus impardonnable que les officiers en charge des aérodromes pouvaient facilement avoir une idée des derniers points où leurs pilotes avaient vu l'ennemi.

Accessoirement, tous ces commandants devaient savoir que l'Etat-Major de l'Air était complètement saturé d'informations désagréables. 

Ils savaient aussi pertinemment qu'il n'y avait rien prévu face à une telle situation.

Par ailleurs, en partant dans la panique du dernier moment, il devenait impossible de miner leurs terrains.

Du coup, chasseurs et bombardiers Allemands n'avaient plus qu'à s'y installer tranquillement pour continuer leur sale boulot contre nous.

Si nos officiers avaient été bien formés et correctement renseignés, ils eussent su que les Messerschmitt 109 ne pouvaient pas s'éloigner de plus de 200 km de leur terrain. 


Des mines bien placées auraient peut-être détruit un ou deux avions (et c'était toujours ça de pris), mais surtout, elles auraient ralenti les Allemands (dès lors obligés de chercher les mines partout, ce qui prend du temps lorsque l'opération se fait à l'échelle d'un aérodrome, soit 1 km² !), ce qui n'entrait pas du tout dans leur schéma de Campagne à l'Ouest. 

Maintenant, vous pensez peut-être que ma vision est très "post-Afghanistan 2014" ? 

En l'occurrence, ce n'est pas le cas. 
Il suffit de lire les récits de ceux de nos officiers qui avaient vécu l'offensive terrestre de la Sarre en 1939 et qui connaissaient parfaitement l'importance des pièges explosifs qui les avaient fortement freinés : Ils l'avaient raconté.



Une période "pertinente"


L'effectif initial de l'Armée de l'Air (en métropole) en Morane-Saulnier 406 au matin du 10 Mai 1940 était de 10 groupes de chasse pouvant aligner chacun de 25 à 30 avions en théorie.

Mais leur disponibilité réelle médiocre faisait qu'il valait mieux compter 20 avions par groupes. 

Soit donc 200 avions.

Un groupe (le I/6) étant encore dans le Midi, cela signifie que ce furent seulement 180 Morane qui firent face aux premières attaques de la Luftwaffe.

Les pertes furent importantes, aussi bien en avions qu'en pilotes, surtout à partir de 2ème jour, lorsque la Jagdwaffe (Chasse Allemande) fut devenue très présente. 


Je me contenterais donc de donner les résultats pour ces 180 Morane dans la courte période allant du 10 à l'aube au 14 Mai à minuit (soit pendant seulement 5 jours).

Les Moranes ont abattu 60 avions Allemands, y compris deux avions abattus en coopération, l'un avec des Bloch 152 du II/8, l'autre avec des Hurricane.

La plus importante part de ces victoires est constituée de 27 Heinkel 111, suivi logiquement par 13 Dornier 17 ou 215 (qui sont distingués inutilement par nos pilotes mais qui ne sont que de simples variantes d'un même avion - le Do 215 étant, cependant, de loin le plus rapide).

Ces bombardiers constituèrent toujours des cibles difficiles pour nos Morane. 

Très rares sont ceux qui furent abattus par un seul pilote, et quand ce fut le cas, il s'agissait d'un excellent pilote - connu en plus comme très bon tireur - et qui deviendra un as (par exemple, Pierre Le Gloan).

Dans la plupart des cas, nos pilotes devaient se grouper pour abattre les avions ennemis.

Le cas le plus caricatural est celui d'un groupe d'une vingtaine de Heinkel 111 qui, à 08:30 le 11 Mai, avait survolé à 5 000 m d'altitude la base de Luxeuil. 

Le commandant Durieux du GC II/7, alerté à temps, fit décoller ses 21 chasseurs pour éviter qu'ils soient détruits au sol. 
Voilà enfin une excellente réaction !

En fait, heureusement, les bombardiers Allemands ne s'intéressaient pas (encore) à cette base.

Cinq Morane restèrent en couverture à Luxeuil.

Les 16 autres se lancèrent à la poursuite des bombardiers qu'ils ne purent rattraper que peu avant Dijon, après environ 110 km de poursuite. 

Les Heinkel 111 P4 de cette période avaient une vitesse de croisière de 290 km/h (source Wikipedia en Allemand). Leur trajet, avec le vent, les feintes et une préparation au retour rapide vers l'Allemagne leur avait probablement pris à peine plus de 25 minutes.

Du côté Français, j'admets que les Morane 406 ont décollé pile au moment où les bombardiers Allemands passaient au dessus de Luxeuil, il leur fallut alors 10 minutes pour monter à 5 000 m, à une vitesse-sol de l'ordre de 200 km/h.

Pendant ces 10 minutes, les Heinkel avaient donc un excès de vitesse de 90 km/h sur leur poursuivants qui leur avait accordé une avance de 15 km.

Une fois les Morane arrivés à la bonne altitude, la poursuite a dû être mené à environ 400 km/h, une différence de vitesse de 110 km/h favorisant cette fois nos chasseurs. L'arrivée à portée de tir étant obtenue en un peu plus de 9 minutes, temps d'accélération compris. 

Cela donne un temps de poursuite total de l'ordre de 20 minutes...

Le combat sur place ne concerna qu'un traînard dont le train d'atterrissage s'était déverrouillé. 
Ce bombardier fut isolé et abattu près du lac des Settons (~50 km plus loin, soit environ 10 minutes plus tard) après le tir conjoint des 16 Morane (!), pendant que les autres Heinkel revenaient chez eux.

J'y reviendrais plus loin.


Les victoires par type d'avion ennemi :
 

Si le Dornier 17 reste très connu pour sa grande maniabilité, qui lui valut d'être employé préférentiellement dans les attaques d'aérodromes à basse altitude, le Heinkel 111 a démontré que bien piloté, il pouvait, lui aussi, assurer un combat tournoyant.

Ainsi, le 10 Mai, le S/Lt Steunou a attaqué un He 111 esseulé vers 05:30. 

Le pilote ennemi manœuvrait très bien (j'imagine que le bombardier avait déjà largué ses bombes). 

A l'arrivée en renfort  de l'Adj Diaz et du S/Lt Capdeville, le He 111 profita de son avantage de vitesse pour s'enfuir. 

Le combat avait duré 25 minutes ! 



Deux Junkers 88, le plus rapide bombardier de la Luftwaffe (450 km/h officiellement), ont également été abattus dans cette courte période.

Le premier, qui avait bombardé le terrain du III/1 au petit matin du 10 Mai, fut abattu parce qu'il avait traîné sur place pendant un bon moment (de l'ordre d'une heure) : Il l'avait donc bien cherché !


Six Henschel 126 font bien sûr partie de cette charrette, mais il est intéressant de constater qu'il fallait souvent une patrouille de 3 Morane (voire plus) pour abattre certains d'entre eux, ce qui montre leur excellente maniabilité comme l'excellence de leurs pilotes.

Aucun Junkers 87 n'a été rencontré, ce qui est normal, puisque les engagements de ces premiers jours n'ont pas eu lieu près du front.

Enfin 12 chasseurs Messerschmitt sont à comptabiliser, à part égale entre Bf 109 et Bf 110.

Il est à noter que, face au monoplace Allemand, les victoires montrent que le Morane pouvait tirer son épingle du jeu face à un avion pourtant très supérieur en performances.

Encore fallait-il que le pilote Français ne soit pas surpris. 

Car, évidemment, les situations d'entame des combats étaient déterminantes. 

Cela fut vrai pour tous les chasseurs Français - y compris les Curtiss et les Dewoitine - dont la visibilité arrière, quasi-nulle, interdisait l'anticipation des manœuvres vitales.



Les pertes au combat, premières constatations


La violence de l'attaque Allemande est attestée par la perte définitive de 43 Morane en 5 jours, qui s'est accompagnée, hélas, de la disparition de 13 pilotes tués.

Il y a eu aussi, bien sûr, des pilotes blessés et d'autres prisonniers.

Cela peut se dire autrement : Cela représentait l'anéantissement complet de 2 groupes entiers, ou encore de 20% de l'effectif total de Morane... en juste 5 jours.

Treize pilotes survivants durent quitter leur chasseur en flamme. Cela représente environ 30% des pertes. 


Ce qui m'a interpellé fut que l'essentiel de ceux-là avaient été abattus par les mitrailleurs arrières des bombardiers.

Il paraît donc évident que le radiateur d'huile, qui présentait une surface importante de la face avant du fuselage, était particulièrement vulnérable. 

L'huile surchauffée d'un moteur très mal refroidi pouvait s'enflammer, comme le savent celles et ceux qui font chauffer de l'huile dans une poêle...

Néanmoins, le fait qu'un seul avion (MS n°67 du II/6, piloté par l'Adj Leclercq) ait été rapporté comme ayant explosé en vol, signifie que les 2 réservoirs d'essence étaient plutôt correctement protégés.



Les attaques infructueuses : Le gros problème de l'armement


Ce qui étonne maintenant, c'est le nombre étonnant d'attaques qui n'ont pas abouti, même lorsque les pilotes voyaient les moteurs de leurs proies commencer à brûler.

Ainsi, le 10 Mai vers 15:00, 5 Morane du GC I/2 attaquent 6 He 111 du KG 55 sans protection de Chasse

Deux bombardiers sont attaqués chacun par une patrouille. Le premier Heinkel attaqué ralentit, mais sa formation aussi. 

Le second bombardier met la gomme et s'enfuit. 

Les Morane rentrent bredouilles !


Le lendemain, une mésaventure identique arrive à une patrouille du GC II/2 avec un Do 215, puis aussi au GC III/2 avec un Do 17, ces avions étaient réputés, à tort, moins rapides que les Heinkel.


Au total, pour ces 5 jours de combat, 25 avions Allemands engagés par des MS 406 sont rentrés à la maison.

Il va de soi que c'est une proportion anormalement élevée. 

Elle explique la fable qui a couru après le 24 Juin 1940 sur "des avions Allemands blindés".

Mais cette fable nous apporte une partie de l'explication de l'ampleur du phénomène. 

Il s'agit de problèmes d'armes et d'armement.

Nos ingénieurs de l'armement avaient décidé (programme de Juillet 1934) que les chasseurs porteraient un armement de 1 canon de 20 mm et 2 mitrailleuses de 7.5 mm type MAC (Manufacture d'Armes de Châtellerault).

Le canon (Hispano-Suiza HS 404) tirait des obus de 125 gr à 880 m/s au rythme de 700 coup/min, ce qui était très destructeur pour tout avion attaqué jusqu'en 1945. 

Par contre, il n'était approvisionné qu'à 60 obus, ce qui représentait juste 8 secondes de tir. La pièce pesait 60 kg à vide.

Il a été dit que les obus de 20 mm explosaient trop vite. Je n'en suis pas persuadé.


Les mitrailleuses de 7.5 mm disposaient de 300 cartouches dans un chargeur spiral. Cela représentait environ 16 secondes de tir.

Pour mémoire, le Dewoitine 520 disposait de 4 mitrailleuses en plus du canon et elles étaient capables de tirer 675 balles chacune. 

Le Bloch 152 avait le même nombre de mitrailleuses que le Morane, mais elles pouvaient tirer 500 cartouches, et ce chasseur disposait aussi d'un canon supplémentaire.

Autant dire qu'il fallait vraiment être un excellent tireur pour abattre des bimoteurs de 10 tonnes en charge dans ces conditions !



Cependant, l'armement du Morane était suffisamment puissant pour détruire les Messerschmitt qui passaient à portée de tir.

Dans un numéro du journal Aéronautique Britannique Flight datant d'un peu après la Bataille d'Angleterre, vous pouvez lire des extraits d'un rapport Allemand sur les armements montés sur les avions Alliés abattus : La structure de montage des mitrailleuses du Morane y était jugée particulièrement mal pensée et mal réalisée. 

Cela suggère que leur tir était très imprécis, à quoi se rajoutait un important retard introduit par la commande pneumatique...



Dans leurs livres sur (L'Aviation de Chasse Française, 1918 et 1940, Jean Cuny et Raymond Danel, Docavia #2) se demandaient pourquoi nos chasseurs n'avaient jamais été pensés pour des mitrailleuses lourdes de calibre 12.7 mm ou 13.2 mm.

Bien évidemment, de telles armes montées à la place des MAC de 7.5 mm eussent sans aucun doute augmenté très fortement les succès de tous nos chasseurs sans les alourdir inconsidérément.

Mais nos ingénieurs de l'armement voulaient tout standardiser et, par ignorance des aléas du tir air-air (et probablement sous l'influence des artilleurs de Marine), pensaient que le canon de 20 mm était la panacée universelle.

Je me souviens avoir lu, sous la plume de Gaston Botquin, il y a pas mal de temps, que les mitrailleurs Allemands avaient payé un lourd tribu pendant la Campagne de France.

Le déficit de victoires des Morane n'implique donc pourtant pas obligatoirement une relative innocuité pour le corps de bombardement Germanique.



Un commandement inerte


Ce qui peut surprendre, dans cette période, c'est l'envoi de notre chasse en Belgique.

Il était tout à fait concevable d'envoyer nos Curtiss (dont l'autonomie était de 1 000 miles (1 609 km) escorter nos avions de renseignement ou de bombardement en Belgique. Encore eut-il fallu que leurs aérodromes restassent en France.

Par contre, envoyer nos autres groupes de chasse en Belgique était un pari stupide.

Nos Morane avaient un rayon d'action plutôt modeste (même si les Bloch étaient encore plus mal lotis sur ce plan). Ils étaient des chasseurs défensifs purs.

J'ai déjà dénoncé la stupide inféodation des chasseurs à des zones géographiques. Il va de soi que nos bombardiers étaient logés à la même enseigne.


Nous le savons depuis longtemps, les aviateurs de reconnaissance avaient parfaitement identifié le point d'attaque de Guderian dès le 12 Mai au soir (voir ce post).

Il eut été normal de préparer une très grosse offensive aérienne dans les Ardennes.

Je veux dire : Une noria de tous nos bombardiers, y compris les Bloch 131 qui eussent été bien plus adaptés dans ce rôle que dans celui de la reconnaissance. 

Et pour aider, il fallait y envoyer toute notre chasse, laissant la protection du territoire aux seuls Potez 631 et aux Caudron Cyclone Polonais (qu'il fallait rendre opérationnels).

Les pertes aériennes Françaises auraient, en quelques jours, atteint un sommet monstrueux. Les pertes Allemandes n'auraient pas été moins monstrueuses...

Mais, surtout, les chars de Guderian et de Rommel ne seraient pas passés, ce qui changeait tout.


Dans ce contexte, il est tout de même difficile de comprendre que le I/6 soit resté à Marignane du 10 au 17 Mai et que le I/7 soit resté au Liban pendant toute la campagne !

Il était, au moins en théorie, de la responsabilité de Vuillemin de jouer son rôle tactique et stratégique.



Un chasseur quand même très insuffisant


Mes critiques quant aux performances du Morane restent intactes, elles sont plus que validées par la poursuite de 160 kilomètres nécessaire au GC II/7 pour abattre un seul malheureux Heinkel 111 volant à 5 000 m.

Si ce groupe avait été équipé de Nieuport 161, la poursuite eut été réglée en moins d'une dizaine de minutes, permettant à nos chasseurs de passer le temps récupéré pour attaquer d'autres groupes ennemis.

{détails : La montée aurait pris 6 minutes à 220 km/h, permettant aux He 111 une avance de 7 km.
Ensuite, la poursuite à 5 000 m aurait été effectuée, au moins, à 426 km/h (soit une différence de vitesse positive de 136 km/h), permettant le contact en à peine plus de 3 minutes.}

De même, les pertes liées aux mitrailleurs ennemis eussent été considérablement réduites, car nos pilotes auraient eu en permanence cet avantage d'altitude qui permettait la surprise.


L'importance de la surprise pour les chasseurs est bien illustrée par le fait d'armes d'une patrouille du II/6 et du III/3 le 15 Mai (même si il est juste en dehors de la période que j'ai choisie) :

Le chef de cette patrouille était l'A/C Leblanc, il emmenait le S/Lt Bévillard et le Sgt Gouzi et tous volaient à 5000 m.

Leblanc, chef de patrouille à l'évidence remarquable, ayant repéré un Do 17, ne fonça pas directement sur lui mais monta avec ses équipiers à 6 000 m et vers l'Est pour être dans le soleil de l'ennemi.

Il piqua ensuite sur le Dornier à la plus grande vitesse possible et Gouzi, plein de fougue, réussit à donner le coup mortel de tout près, ouvrant son palmarès, et cela sans recevoir aucune balle dans son avion !

Ceci est une confirmation de ce que le sergent Boillot avait écrit dans son rapport consécutif à ses victoires d'Avril 1940.

Cela montre que, employé intelligemment, le Morane pouvait donner de meilleurs résultats que ce qui a pu en être obtenu en moyenne.


Cela confirme aussi que la transformation aérodynamique des MS 406 en MS 410 - échappements propulsif et radiateur fixe aérodynamiquement correct, sans changer de voilure ni faire aucune des autres modifications chronophages - aurait bien amélioré la vie de nos pilotes.